Disquaire indépendant depuis 1996 situé au 40, rue des fontaines, 60600 Clermont de l'oise


How should I put it?
Writing this piece puts me in such a mood, that a dozen words into it, memories are already coming back to me, almost instinctively, as they should for one of the most memorable parties I’ve ever attended!

Seven years have gone by, Sharon Jones & the Dap-Kings have now 4 albums under their belt, they’ve played the world over, bringing the same intensity to each and every one of their performances, they have thousands of fans everywhere on the planet, record on their own label, even take care of their own distribution, release LP’s on heavy vinyl, put out 7” singles, produce other artists on their label, tour the US from coast to coast all year long without taking a breath!
A band? I would even dare to say a family, who once decided to jump in their time machine and go back, looking for a sound that most of us had never known live for lack of being born early enough !

In that regard, the work they have accomplished has been rightfully rewarded, resulting from hundreds of hours listening to one’s bass playing, to a particular drum pattern, to chiseled horn lines, and enjoying the results of their first demos.

I never imagined it would be possible to reproduce a sound so dear to my ears in my time. When I first heard their singles, I thought they were straight out of one of my dreams where I was a mighty producer who had decidedhttp://www.youtube.com/watch?v=uAdal53PKmk to record them after discovering them in a small New-York joint…
- Yes, sign right there on the dotted line and keep a copy for you, thanks…
A sound straight from my hallucinations, exactly as I imagined it, I dreamt it, and they did it!
You may notice them interviewed on TV soon, or on some radio program, promoting their latest album, in order to explain how you can attain your goals when you turned your passion into a real crusade, trying to make people re-discover a music that doesn’t lie, and doesn’t take no prisoner!
Soul & Funk music were often played with lack of imagination, therefore props have to be given to this New-York gang. Musicians who became master craftsmen of their art, and a high-octane singer whom they perhaps never dreamt of finding, to perfectly complement their fabulous music. .
The combination is perfect, the alchemy puzzling, no it’s not a group, it’s a living miracle, and those who were lucky enough to catch them live one day know that I’m not even exagerating!

So when the day came to seize this opportunity, you can easily imagine the extreme joy I felt.
Its Autumn 2003, I had just laid off José who was taking care of my second record shop in Compiègne, digital downloading was booming, reality taking over passion, I was forced to keep my main shop in Clermont, which although less stable financialy, was the place where my roots were since 1996…
There’s a certain smell here, a rather awkward but friendly clientele, people I have known for years, and moreover, I live 5 minutes away from the place!
When you lay off somebody, you still have to pay government taxes for a while, and I was facing some unexpected bills, warning signs which were flashing like lights on a Christmas tree in my mail box, a sign of darker days to come.
That same year, in August, I had already foreseen a darker horizon, with people coming to my shop trying to sell me home-burned CD’s!
I think anybody in my place would have closed the shop for good, based on evidence!
But persistence being my middle name, and still believing in my own star, I went into my survival mode, something I only known too well.
When everybody is ready to throw the towel, on the verge of surrender, I still stand tall, and look at the people staring at me, people who just can’t believe how one can inflict this to himself!
To be honest I don’t even know how I do this; let’s call it mimicry, unconscious imitation.
Then came September, with everybody coming back from summer vacation, finding their mail boxes full with more bills from the IRS and other taxes, going into October and yet even more of the same! Depressing…
At that time I was dealing with customers coming to the shop looking for some Celine Dion, and if I didn’t have it in stock, they’d leave with an AC/DC single in their pocket even if I had to torture them!
I finally managed to turn things around a bit and at the end of November my bank account was still looking dull but almost acceptable.
This is where I was standing when I turned on my PC one day, stumbling on an article on the WeGoFunk website…
It read that Sharon Jones & the Dap-Kings were going to play Montpellier soon and concluded that it was a doggone shame that ‘nobody had the guts to get them to Paris’, which made me tick instantly.
Had I read this somewhere else, I may not have thought about it, but the way it was written, it struck me as some kind of invitation, like this was possible…
In a second I decided to contact the website, which I barely knew at that time, and got in touch with Anne-Marie who was the editor.
Thinking that my plan had a chance to work, even if it was a small one, she gave me the contact of the concert promoter who lived in Switzerland, wishing me luck!
- Hi?
- Yes Hi!
- I got your contact through WeGoFunk’s editor, and I’d like to talk about some plan I have
- I’m listening
- The band you’re taking care of during this European tour very soon, i.e Sharon Jones & The Dap Kings, are scheduled for a date in Montpellier, and I’d like to know how it would be possible if I was to book them in my place
- Who exactly are you? Tell me !
- I am a record shop owner, in a town located in the Oise district named Clermont, which is a 45 minutes drive from Paris.
- Ok But what’s your qualification in that field? Have you ever set-up a concert?
- No, never, I’ve never even thought about it before.

I sense a slight hesitation on the phone, so I go for something enthusiastic!

- I am just waiting to know what the requirements are and I’ll see!
- But why do you want to set-up that date?
- Because I love their music, and to know that they will be on French soil made me think about this opportunity, I have all their recordings, and I am convinced that a concert not far from the capital could bring in a lot of people.
He starts to feel what’s inside of me, and I start talking about my passion for Soul music, Funk, why my shop is doing well, although it’s well off the beaten path, and why I believe this dream of mine can happen. But while he must be sensing my passion flowing through, he seems to doubt me, and to bring me back on the ground, he gives me the lowdown on what is needed to make things work.
- Here’s a little list of what you would need: you will need a guitar amp, a bass amp, a bass drum, 3 microphones, 4 hotel rooms, an evening meal, and cash money (with three zeros!)
- Have you forgotten anything?
- I think not, he said
- OK I’ll call you back asap
- Good, talk to you soon then
I immediately call Pierre, a good friend of mine who lives in the area, who has connections with musicians, and who I believe can help me!
- Allo Pierre? It’s Michel
- Talk to me
- I just hung up from Sharon Jones & the Dap-Kings tour manager, and you won’t believe this, but he has just given me the list of what’s needed to bring them over here in Clermont!
- In Clermont???
- Yes Clermont, why?
- Uh nuthin’, what’s he asking for?
Then I give him the list…
- I’m calling Michael immediately and I’ll get back to you
- OK I’m waitin’
Seconds seem minutes, and I start to realize, through the little stress I am starting to feel, what is going to happen.
Three minutes later…
- Allo Michel ?
- Yes
- It’s OK, Michael’s got everything, you can go for it
- Thanks Pierre, it’s funny but I had a feeling you were going to say that
- No problem!
I call back the promoter
- Allo?
- Yes I recognize you. What do you want to do then?
- I have all the gear ready for the concert; I got friends of mine who are already ready to help me
- You mean you have everything?
- Yes I do
Of course I don’t have everything! I just went through the darkest hours of my record business, and I have now work out a concert budget I have only started to consider
- Very good, I will get back to you as soon as I get in touch with one of the band members (I think he was probably mentioning Neal Sugarman)
- Maybe you think I am a tenderfoot in the business but I can assure you I am very serious about it
- I have no trouble believing that when I listen to you, and I can tell you I have never heard somebody that enthusiastic!
- When will you call me?
- In a couple of days
We hang up
The first radioactive ashes are falling down, and yet, there’s no green light in sight, no contract, everything is going live, but I know I can do it!
The same day I get in touch with Anne-Marie from WeGoFunk, and I start explaining her what happened…
She doesn’t know me that well either, but the tone of my voice makes her understand that I’ll be like a pit-bull, that this dream of mine could, and could happen!
Let’s think about it for a while… You are the webmaster of a website promoting a music not the most popular (by far) in our country, you spend nights working and writing articles, taking a lot of time to make things right on a forum, trying to create a buzz around the music you love on a daily basis, and someone reads your stuff, follows you in your dream, and claims he can bring out a band who’s the quintessence of Soul and Funk.
I can just imagine her delight at that moment, ‘cos we’re not talking about somebody mixing music in a bar, not talking about a band making its debut in some obscure joint, but a real concert date, an event she will be able to relay and promote.
Three days pass us by before I get that call back…

- Bonjour Michel
- Bonjour !
- It4s not going to happen , the band is playing Montpellier on Décembre 13th, then they have to be in Dusseldorf on Monday 15, they need a day off
Although I am starting to get a hang of it, and knowing the person I am talking to knew it was a real gamble, I’m still holding to it, and say:
- I can assure you it IS possible. I can easily understand that they need to rest, but still this concert can happen, I can house them, and they can drive off the next day, the trip is not that long!
Not that long!!!!!!!!!!!!!!! Just a few hundred miles detour from Montpellier to Clermont and then the road to Germany…
I argue, carefully chose my words, without losing my temper, NEVER lose your temper, NEVER! We keep on talking for 15 minutes until he promises to call me back again, because I seem to be so hooked up on this project of mine!!!!
We’re now two weeks from the date, and I am starting to think that nothing will happen, but I still have an ironclad belief, I am ready for any daily development, and I am not even reporting the three other phone calls where I show a disproportionate passion, mentioning already 60 tickets sold to people from Paris ready to make the trip here, talking about the website making announcements and posting everywhere about the concert, insisting that anything is possible for God’s sake!
He seems sincerely at loose ends in front of this person who never seems to give up.
- I am only telling you what they told me. I sincerely would have loved for them to make the trip, but it’s really too short…
- But anything is possible ! I keep telling you what I already said the last time, I’ve already paid the printer for the tickets, 150 poster bills are ready to be displayed, you can’t even imagine what this means to me.
He almost takes me into pity now, and promises to call me back one last time at the beginning of the week.
There’s only a week left now and the phone rings again…
Interestingly, he tells me now that some band members want to come, some don’t, and obviously a unanimous decision is needed.
- I understand your disappointment, but there’ll be some other dates… Come on, don’t feel too bad about it. There’s nothing to it really.
- NOTHING? The greatest Funk band on earth almost came here, but I must ‘understand’, and live this nightmare!
Frankly that doesn’t resemble me one bit, especially now that Anne-Marie followed in my footsteps and that we are now two to dream!
- Listen you seem genuinely disappointed, I talked to Neil on the phone yesterday, and he told me they couldn’t come
- OK but you mentioned others in the band, ready to make this happen
Long blank on the line
- I’m leaving you one last chance, I’ll give you Neil’s personal phone number, and he’ll explain everything to you better than I do
- Thanks a lot, I’ll do my best
- Good luck to you and congratulations on your exceptional passion
- Thanks again
My hands are shaking, I have the feeling that somebody has been playing with my nerves for the past two weeks, and that I’ve been branded a fool !
I try to calm down, and dial the last chance number…
- Hi, is it Neil on the phone?
- Yes
- It’s Michel, from Clermont
- Hi Michel !
- You see , he gave me your phone for you to decide what you really intend to do , I’m ready man, since the first day I knew you could be there... I’ve got everything ready, the instruments, the hotel is rented, and I have the money, please!!!!
At that particular moment, something surrealistic happened; he left the phone to ask directly each and everyone about what they really wanted to do. I could hear him talk with the guys in the background, and I can tell you I was on the verge of a heart attack! For real! He comes back…
- Ok Michel, we’re coming!!
- Oh man, thank you for that, thank you really…

I can’t stop thanking him, and promise him something he’ll never forget!
There it is, it’s done, I can tell Anne-Marie about this fabulous news, because I knew she was jumping up and down with impatience. The news is like a supreme gift to her and she goes about relaying it everywhere starting with her website.
I ha dit ALL planned, like I said before… ALL but one thing!
The venue!
OK I had thought about it, but watching my plan go down the drain, it didn’t motivate me to go looking for the perfect place!
I start looking for some place in Clermont a week ahead of schedule; somewhere I could stick the band and the Funkateers.
I go everywhere, knocking on doors, leaving no stone unturned, visiting pubs… too small, noise-shy, neighbors-complaint-shy…
I am not let this going to discourage me. I will keep on.
Finally I get to this pub-restaurant, where 4 people are lined-up at the bar, watching the news on TV, and behind that bar, the owner looking debonair.
I look at the long bar, and ohhhhhh surprise… A small attending room at the back filled with tables which he sometimes uses as a restaurant extension.
I am flattering him, telling him how great his restaurant is, saying yes to everything he says, in a word I’m selling him my plan!
I am telling him about my ambitions, a band from New-York here, next Sunday, there will be a 100 people, closing time will be around 1am, a couple of friends will then spin some records, and that’s it!
- OK, I’m with you, I’ll see to it that I get a permit for late opening
- No please let me handle this, please
I know the administration, and I fear that any outside decision might interfere with what I have set-out to do, I’ll do it myself.
Of course I DO get that damn permit, and let the owner know about it right away.
The guy is glad, and he gives me RDV at the end of the week so that we can arrange all the details.

While we’re on the subject, I still hadn’t collected all the money to pay the band, and decided that willing or not, every customer who enters the shop, will go out with an LP even though he hasn’t owned a turntable in 20 years, no worries, he will be able to use it as a gift to someone else!
Some leave the store with some schmaltzy French singer’s record, when they had just come in to buy their reggae-loving son a gift!!!!
I’m only telling the truth now, I was on a mission, to a point where I ended up with more cash than needed! Just unbelievable!
On Tuesday, I pay a visit to the restaurant owner to show him the poster bill..
- You forgot something there! he says with an angry look on his face
- Yes, what is it?
- This place is called « Au Rustic Chez Patrick », and you wrote « Au Rustic Patrick »

I am flabbergasted… What an omen! I just can’t believe it! I try to talk him into leaving it like that, because I don’t have a spare nickel to have another batch printed.
- Please, do understand!
- OK we’ll leave it like that; it’s not such a big deal!
I leave the place shaken by that last ordeal. I almost FELT IT WAS OVER;
I am restless the whole week, and Pierre keeps comforting me, yes the gear is available, and yes it will be there by Sunday afternoon…
I won’t surprise you if I tell you that I barely slept that week, thinking back how far I had come, living an open-eyed daydream… I see myself in some kind of trance, I keep distributing flyers around for the concert, just like in the Blues Brothers movie, when they vow to be on a mission from God! It was the truth!
Come Sunday, clear blue skies, my buddies are really here for me… They’re on the job at the right time, Michael brings the whole gear, even more than what I asked for, it’s a miracle come true. It’s his real life job, he knows sound and sets everything to perfection, and they even do the balance by playing themselves. Everything is tip-top, all is ready to greet them, hotel rooms are ready and I have each code to get in, now all that’s left is for them not to get lost on the way!
I decide to keep track by calling them up every hour or so…
They left Lyon, will get close to Avallon, or maybe Auxerre I can’t remember…
I rack them down like a living GPS, I don’t want any hang-ups, I got France’s map open on the table, while my wife starts to stamp the tickets, and make sure they’ll detach correctly from the little book. She still remembers it to this day.
A call from Neil…
- Michel ?
- Yes
- I got a bad news, and a good one
I am going to faint, I swear!
- Tell me the bad one first
- Sharon will not be able to sing tonight, she’s sick from her throat
- So, you’re coming anyway!!!
- Of course we’re coming, that’s the good news!
- That’s not a bad news Neil, but I’m very sorry for her… Tell her that I don’t mind, please tell her...
- Ok Michel !
They’re coming, that’s all that matters to me

My heart beats at 200bpm when 7pm rings and they’re stuck in a traffic jam near the highway toll exit some 100km from Paris. I am freaking out! People are coming in already, some of them get lost near Creil (a town 5 miles away) some arrive as soon as 7.30 and enter this bar which looks like a truckers place!
So it’s all true? Something’s really gonna happen here tonight?
At 8pm they’re finally at Senlis a few miles away. Neal tells me that everything is alright.
I still can’t believe it. It’s almost surrealistic.
Last call
They’re entering Clermont
A big blue bus comes in and parks in front of the bar.
I just can’t stand it anymore, I am going to faint.
I… I…
The sliding doors open up, and they come out one by one, dazed, and jaded from the trip, very few have slept…
Sharon finally steps out. I fall into her arms weeping, something I just couldn’t control, and she taps me on the back to cheer me up, I am living an out of time moment, I am not even connected to this earth.
People are cheering as they enter the place. I prepare the table in order to get them something to eat, but the owner seems to have forgotten all about it!
I order him to get things moving and fast! Eric, him and I get into the kitchen, grab some steaks, French fries, anything that can be prepared quickly.
Down in the pan! A few bottles of wine, and they can all start to eat, in front of all the people there, who are living the scene as it unravels!
There’s a floor up, where they can change clothes. We barely have time to talk because I am at the door checking tickets. I am livid and I feel like I am going to drop like a fly any minute now.
The band comes down in stage clothes, and boy does that make a difference!
They hit the stage (or lack thereof) and without any balance, start the show.
Unbelievable, everything is on track now.
What is there to say? Just enormous, the first rows just can’t believe their eyes, the room is small, and it’s one of the most intimate shows I’ve ever seen, something for our eyes only, people who have driven all the way to enjoy the greatest music on earth, played by musicians who are not faking one note. Gabe is mind-boggling, TNT towers above everybody else with his 1.90m, Neil is on the left with another sax, and that trumpet player I just love.
The drummer is hidden behind his kit, and he looks like Gonzo straight out of the Muppet Show, he plays so tight it’s frightening, surpassing my every dream.
Sharon comes in with a red dress, and explains right from the start that she won’t be able to sing, but since she didn’t want to cancel the show, she will dance!
« I won’t sing but I will dance!!!! »
Oh yes indeed, she danced that night! Everybody there can testify about that, she didn’t stop for a minute while I was holding the tambourine, she did it all… the boogaloo, the funky chicken, the mashed potatoes, the twist, and even some African dances from her ancestors.
An hour and a half of the purest Funk, something that cuts like a knife, without a single break, an overwhelmed crowd, people keeping looking at each other to make sure that they were not dreaming.
I take them to their hotel; punch in each code, until Sharon’s…
Sh**!!!!!!!!!!! I punch that code in 10 times, nada!!!! We try to call someone on the interphone, to no avail. I fly into a rage…
And finally it’s Gabe who will use his credit card to rent another room. Hopefully there was one available!
I wish them a good night.
When I wake them p the next morning, they’re in bad shape! They’re all missing at least 10 hours sleep… Breakfast, orange juice, and I take them all where they ask me to… The drugstore!
I’ll always remember them lined up for some vitamins or some sort of tonic.
I take them back to the bus and wave them off after hugging each of them, and show the driver back to the road to Compiègne where they will be able to begin their trip to Germany…
Eric and I sit down for a coffee, still in awe.
You did it man, you did it!
Look at this link and remember!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

***************************************

Comment dire… ?

Ecrire ce papier est une vraie jubilation, une dizaine de mots déjà et voici les souvenirs qui reviennent instinctivement, tels l’une des plus belles fêtes encore présente à mon esprit.

Sept années ont passé depuis, Sharon Jones et ses Dap Kings en sont maintenant à leur quatrième opus, ils ont parcouru la terre entière, amenant à chaque concert la même ferveur intacte, ont des milliers de fans à travers le monde, disposent de leur propre label, distribuent eux même leur production, pressent des lps en 180 grammes, des 45trs, produisent d’autres groupes sur leur propre label Daptone, sillonnent les States d’Est en Ouest toute l’année presque sans répits aucun.

Un groupe ? Je dirais une famille qui s’est un jour donné pour mot d’ordre de remonter le temps et d’avoir l’assurance absolue de restituer un son que nous n’avions pas eu la chance de connaître sur scène.

En cela, le travail qu’ils ont accompli a été justement récompensé depuis et résulte de centaines d’heures passées à écouter tel jeu de basse, tel beat de batterie, placer les cuivres là ou il faut, et s’émerveiller de l’aboutissement à l’écoute de leurs premières maquettes.

Je n’imaginais pas qu’il fut possible de reproduire aujourd’hui un son si cher à mes oreilles, aux premières écoutes de leur 45trs, je les pensais tout droit sortis d’un rêve dans lequel j’aurai été producteur et décidé de les faire enregistrer suite à un passage furtif dans un club de NY…

- Oui, signez là s’il vous plait, il y a un double qui vous revient, merci…

Un son tout à fait emprunt d’onirisme, c’est exactement cela, je l’ai rêvé, il l’on fait…

Vous les remarquerez prochainement, interviewés sur divers plateau télé et sur diverses radios, promotionnant leur dernier album pour mieux faire comprendre que l’on peut arriver à ses fins quand on a fait de sa passion inaltérable une vraie mission, celle de faire redécouvrir une musique qui ne mentait pas, que l’on se doit de jouer sans compromissions aucune.
La soul music, ainsi que le funk ont si souvent été interprétés avec la médiocrité que l’on sait qu’il faut réellement rendre ici un hommage plus que distingué à cette troupe New Yorkaise. Des musiciens qui sont devenus de véritables orfèvres en la matière et une chanteuse survoltée qu’ils n’espéraient certainement pas trouver un jour pour amener définitivement les couleurs qui manquaient à leur jeu extraordinaire…

La combinaison est parfaite, l’alchimie est déroutante, non, ce n’est pas un groupe, c’est un miracle, et ceux qui ont eu la chance d’assister à l’une de leurs prestations savent qu’il ne s’agit pas là d’un superlatif…


Alors le jour ou cette opportunité s’est présentée, vous imaginez bien la jubilation qui m’étreignait...



Nous sommes à l’Automne 2003, je viens de licencier José qui tenait alternativement ma deuxième boutique à Compiègne, la démocratisation du téléchargement arrivant à son apogée, la raison l’emporte sur la passion, et je décide donc de ne conserver que la boutique de Clermont, qui pourtant rapporte bien moins financièrement, mais ou j’ai mes attaches depuis 1996..
ll y a ici un parfum spécial, une clientèle souple et atypique, des clients que je connais depuis pas mal de temps, et surtout, j’habite à 5 mn …

Quand vous licenciez quelqu’un, les charges sociales perdurent encore quelques mois, et il me faut faire face alors à des imprévus, des courriers qui clignotent tel des sapins de Noel, une période des plus noire commence alors…

En Aout de cette même année, j’avais déjà pressenti un horizon bien morose, on venait carrément à la boutique pour me proposer des cd gravé à l’achat !
Je crois que n’importe qui aurait fermé à ma place, se serait rendu à l’évidence ..

Mais c’est sans compter sur ma persévérance, ma foi en moi, j’enclenche alors un système de survie que je connais bien…
Quand tout le monde décide de baisser les bras, et qu’il faille capituler, je reste présent, et remarque le regard dérouté de ceux qui ne comprennent pas comment peut on s’infliger telle violence..
Je ne sais pas comment je fais…ça n’est plus de l’adaptation, c’est du mimétisme.

Arrivent les mois de Septembre, ou chacun revient de vacance et trouve déjà sa boite aux lettre bien garnie de factures, ensuite Octobre avec son lot de taxes litaniques…

A cette époque, j’accueillais des clients qui venaient acheter un cd de Celine Dion,et si je ne l’avais pas en bac, ils repartaient avec un 45tr d’AC/DC sous la torture…

J’arrive péniblement à redresser la barre, et me voici fin Novembre, avec des comptes certes pas très positifs, mais largement acceptables.

C’est dans ce contexte, comme une explosion qui laisse tomber ces retombées radioactives que j’ouvre un beau matin mon ordi, et tombe sur cet article sur WeGoFunk…

L’article fait état du passage de Sharon Jones à Montpellier prochainement, et laisse apparaître une amertume, genre : « Dommage que personne ne les aient fait venir à Paris », ce qui m’interpelle aussitôt

J’aurai lu ce résumé n’importe oû ailleurs, je pense qu’il ne serait rien passé, mais rédigé comme ça, simplement, c’était comme une sorte d’invitation, comme si c’était somme toute accessible…

Je n’hésite pas une seconde, j’écris au site que je ne connaissais que très peu alors, et joins Anne Marie, qui en tient les commandes …

Voyant que mon projet aurait des chances, même les plus infimes de tenir la route, elle me donne les coordonnées du tourneur de l’époque qui habite en Suisse, en me souhaitant bonne chance !!


- Allo ?
- Oui bonjour
- J’ai eu votre contact hier via la patronne du site WeGoFunk, j’aimerai vous soumettre un projet
- Je vous écoute
- Le groupe dont vous assurez le passage en Europe tout prochainement, Sharon Jones & The Dap Kings, vont très prochainement faire un passage à Montpellier, et je souhaiterai savoir comment ça se passe si je veux les faire venir chez moi
- Vous êtes qui au juste ?, expliquez moi
- Je suis disquaire, dans une ville du département de l’Oise, à Clermont, ça se situe à 45 mn de Paris
- Quelle est votre expérience dans le domaine, avez-vous déjà organisé un concert ?
- Non, jamais, je n’ai jamais organisé quoique se soit

Léger flottement au téléphone, et tout premier sursaut d’enthousiasme…

- J’attends de savoir quels sont les obligations, et j’aviserai !
- Mais pourquoi avant tout souhaitez vous organiser ce concert ?
- J’adore leur musique, et le fait de les savoir sur le sol français me laisse percevoir cette opportunité, j’ai quelques disques de leurs cru, et je suis convaincu qu’un concert pas très loin de la capitale ramènerait du monde..

Il commence un peu à percevoir ce qui m’habite, je lui explique ma passion pour la soul, le funk, pourquoi ma boutique marche, malgré qu’elle soit paumée, pourquoi je sens que ce projet peut se faire..Mais bien qu’il sente bien la ferveur qui m’habite, il laisse apparaître un doute, et pour me faire retomber sur terre, il m’explique d’une voix assurée ce dont il me faille disposer…

- Je vais vous dresser rapidement la liste : il vous faut un ampli guitare, un ampli basse,
une grosse caisse, 3 micros, 4 chambres d’hôtel, un repas pour le soir, et une somme en liquide ( à 3 zéros…)

- Vous n’avez rien oublié ?
- Je crois que non ! répond-il..
- Je vous rappelle le plus tôt possible
- Bien, à très bientôt donc

Je téléphone sitôt après avoir raccroché à Pierre, qui est un ami dans le coin, et qui brasse avec des musiciens, il doit certainement pouvoir me venir en aide..

- Allo Pierre ?, c’est Michel
- Je t’écoute
- Je viens de raccrocher avec le tourneur de Sharon Jones et des Dapkings, tu vas pas le croire, il m’explique le matériel qu’il me faut pour organiser un show sur Clermont
- Sur Clermont ???
- Bah oui, pourquoi
- Nan rien..Il te demande quoi ?

Je lui dresse la liste..


- J’appelle Michael immédiatement, et je te rappelle direct derrière
- Ok, j’attends…

Là, les secondes sont interminables…je commence à me rendre un peu compte en fait, en m’apercevant du léger stress qui m’habite, de ce qui va se passer…


Trois minutes plus tard…

- Allo Michel ?
- Yes
- C’est ok, Michael a tout le matos, tu peux y aller
- Merci Pierre, c’est marrant, mais je savais que t’allais me répondre ça..
- Pas d’problème !

Je rappelle le tourneur..

- Allo ?
- Oui, je vous reconnais, que décidez vous donc..
- J’ai tout le matériel disponible pour le concert, des amis sont de la parti, et me soutiennent déjà
- Vous voulez dire tout ?? (…)
- Oui j’ai tout

Evidemment non, je n’ai pas tout !, je viens de traverser la période la plus noire de ma carrière de disquaire, et je dois maintenant tabler sur le budget d’un concert que je viens seulement d’imaginer…

- Bien, je vous contacte sitôt avoir joins l’un des membres du groupe ( entre autre il s’agissait vraisemblablement de Neil Sugarman )
- Je vous apparais certainement très novice en la matière, mais soyez certain que je suis ce qu’il y a de plus sérieux…
- Je n’en doute pas à vous écouter, et je peux vous assurer que je n’ai jamais entendu tel enthousiasme !
- Vous me rappelez quand ?
- Dans 2 ou 3 jours…

Nous raccrochons

Les toutes premières retombées radioactives débarquent, pourtant, il n’y a la pas le moindre feu vert, pas le moindre contrat, tout est en live, mais je le sais, c’est possible…

Je joins dans la journée même Anne Marie de Wegofunk, et lui explique ce qui c’est passé le matin…

Elle non plus ne me connait pas très bien, mais mon ton lui suffit à comprendre que je vais faire le pitbull, que ce rêve a toutes les chances de devenir réalité…

Imaginez vous un instant quand même…Vous tenez la barre d’un site qui promotionne une musique qui n’est pas des plus célébrée dans l’hexagone, vous passez des nuits entières parfois à rédiger des articles, à prendre sur son temps pour mettre en ordre un forum ou vie une émulation quotidienne, et un type vous lit, et vous suit dans votre quête, en prétendant pouvoir faire venir un groupe qui est la quintessence de la soul, d’un funk des plus torrides…

J’imagine sa jubilation un instant, il ne s’agit pas pour elle d’un quelconque mix dans tel bar, d’un groupe faisant ces débuts dans une salle obscure, mais d’un véritable événement qu’elle va se faire un plaisir de relayer…

Les jours passent, coup de fil du tourneur 3 jours après…

- Bonjour Michel
- Bonjour !
- Ca ne va pas être possible, le groupe joue à Montpellier le 13 Décembre prochain, et ils seront à Dusseldorf le Lundi 15, ils leur faut un « Day Off »

Bien qu’il me faille pourtant me rendre à l’évidence, et compris que mon interlocuteur avait imaginé que c’était un pari un peu fou, je tiens bon la barre, et rétorque

- Je vous assure que c’est tout à fait possible, je conçois tout à fait qu’il mérite amplement de se reposer, mais ce concert a toutes les chances de se faire, je les loge, et ils repartent dès le lendemain, la route n’est pas si longue !

Nan, pas si longue, juste un détour de plusieurs centaines de kms, de Montpellier à Clermont, pour ensuite prendre le chemin de l’Allemagne…

J’argumente, mots choisis, sans m’énerver, SURTOUT ne PAS s’énerver, JAMAIS !!...la conversation dure ainsi un bon quart d’heure après lequel il me promet de me rappeler, car décidément, vous y tenez à votre projet !!!

Nous sommes dans l’avant- dernière semaine maintenant , je fais avec l’alternative que rien ne se passera, mais conserve un moral d’acier trempé, je m’attends chaque jours à un nouveau rebondissement, je vous épargne les 3 autres conversations qui on suivi pendant lesquels je fais véritablement état dune passion totalement démesurée, que j’ai déjà une liste d’une soixantaine de personnes prêtes à se déplacer de Paris, qu’il existe un site qui relaiera l’info, que tout est possible nom de dieu !!!

IL semble sincèrement désemparé une nouvelle fois au téléphone devant cette personne qui semble ne jamais vouloir capituler…

- Je ne fais que vous rapporter leurs propos, j’aurais très sincèrement souhaité qu’ils se déplacent, mais c’est bien trop court…
- Tout est possible ! je vous répète ce que je vous ai dis lors de notre dernière conversation, j’ai déjà engagé des frais d’impression des billets, plus de 150 affiches sont prêtes à être collées, vous n’imaginez pas ce que ça représente à mes yeux..

IL s’apitoie maintenant presque sur mon triste sort…et me promet de me rappeler une toute dernière fois en début de semaine…


Nous sommes maintenant au tout dernier Week End avant la semaine décisive…
Dernier entretient comme promis…
Curieusement, je perçois maintenant qu’il aurait entendu que quelques uns des membres veulent bien venir, mais d’autres non, et qu’il faille une décision évidemment unanime…


- Je comprends votre déception, mais il y aura d’autres dates enfin !, ne soyez pas si déçu ! ça n’est rien après tout !!

RIEN ??, le plus grand groupe de funk au monde a failli passer ici , et je doit « comprendre » , et assimiler un cauchemar ???
Non, ça ne me ressemble pas, surtout qu’Anne Marie me suis pas à pas dans cette entreprise, et que je ne suis plus seul à rêver …

- Ecoutez, vous semblez réellement dépité, j’ai eu Neil au téléphone hier qui m’a assurer qu’ils ne peuvent pas venir
- Oui, mais vous prétendiez néanmoins que certain membres étaient d’accord pour faire le trajet

Long blanc au téléphone…

- Je vous laisse une toute dernière chance, je vous donne le téléphone personnel de Neil , et il vous expliquera ça mieux que moi..
- Oui, merci, je ferai de mon mieux..
- Bonne chance alors, et bravo quand même pour cette passion !
- Merci, et à bientôt !


Mes mains tremblent, j’ai l’impression que l’on a jouer avec mes nerfs depuis 2 semaines, que l’on m’a pris pour un yoyo…
Je temporise, et compose le numéro de la dernière chance…


- Hi, is it Neil on the phone ?
- Yes
- It’s Michel, from Clermont
- Hi Michel !
- You see , he gave me your phone for you to decide what you’re really intending to do , i’m ready man, since the first days i knew you could be here..got all things, the instruments, the hotel is rented, and i got the money, please !!!!

A ce moment là, il c’est passé une chose totalement surréaliste, il quitte le téléphone pour demander, en DIRECT à chacun ce qu’ils souhaitent réellement faire, je l’entend qui parle dehors avec les autre, d’une façon très lointaine, un flottement qui mairiterai une crise cardiaque je vous assure…il revient…

- Ok Michel, we’re coming !!
- Oh man, thank you for that, thank you really…

Je me confond en remerciement divers, lui promet un show mémorable…


Là, ça y est , c’est carré, je peux enfin annoncer cette nouvelle extraordinaire à Anne Marie, qui évidemment trépignait d’impatience…Elle reçois l’info comme l’un des plus beau cadeau, et va s’empresser de la relayer enfin sur le site…

J’avais TOUT prévu comme je l’ai dis plus haut, tout sauf une chose…

La salle…

J’y avais évidemment pensé, mais voyant mon projet un peu aux oubliettes, il ne m’était pas paru nécessaire de démarcher pour trouver l’endroit adéquat…
Je commence donc une semaine avant à prospecter dans Clermont, afin de trouver la salle qui pourrait accueillir le groupe et les spectateurs…

Je vais partout, cogne aux portes , visite les pub, ..trop petits, et ils craignent le bruit, les plaintes…

Je ne baisse évidemment pas les bras, et décide de persévérer…

Je rentre enfin dans ce grand bar, un pub- restaurant ou sont accoudés 4 personnes qui regardent les infos sur la télé, et derrière le bar, un patron très décontracté..

Je regarde le bar, très grand, avec…ôôôôôhhh miracle….une petite salle derrière, avec les tables, ou il sers quelques plats parfois…

Je le courtise, lui dis tout le bien que je pense de son resto, acquiesce positivement à chacune de ces déclaration, enfin je vend mon projet quoi…

Je lui soumet direct mon ambition, un groupe New Yorkais va venir ici Dimanche prochain, il y aura une centaine de personne, et le tout se clôturera à 1h maximum, quelques amis passeront ensuite de la musique, et voilà, c’est tout…

- Bien, je suis d’accord, je vais voir à obtenir une dérogation pour éventuellement fermer plus tard
- Non, laissez moi faire s’il vous plait

J’ai une telle peur qu’une décision quelconque puisse interférer sur mon truc que je ne laisse à personne démarcher à ma place

J’obtiens évidemment une dérogation, et vais le lui faire savoir illico..
Le gars est ravi , et on se donne rendez vous pour laz fin de semaine, afin de préparer tout ça..

En attendant, je n’ai pas encore réuni la somme, et chaque personne rentrant à ma boutique en ressortira avec , ou un 33trs, alors qu’il n’a plus de platine depuis vingt ans, mais c’est pas grave, ça peu faire un cadeau …D’autres repartent avec des cd de Christian Delagrange, alors qu’il étaient uniquement venus pour une idée de cadeau pour leur fils qui écoute du reggae..
Je ne raconte que la vérité ici, j’était monté sur ressort..

A un point tel que j’avais même plus que la somme prévue à la fin, incroyable…

Le Mardi, je vais rendre visite au patron du bar pour lui montrer l’affiche..

- Vous avez oublié quelque chose là !! me dis il d’un air mécontent
- Oui, quoi ?
- Ici c’est « Au Rustic Chez Patrick », et vous avez écrit « Au Rustic Patrick »

Je suis éffaré…mais quelle malédiction donc ..c’est pas possible…je le persuade de la laisser comme telle, car je n’ai plus un centime pour en refaire d’autre,

- Enfin, comprenez moi !!
- Bon, ok, on la laisse, c’est pas bien grave…

Je ressort complètement retourné par ce tout dernier épisode..j’ai bien cru un moment qu’il remettais tout en question…

Je suis comme un fou tout le long de cette semaine, Pierre me rassure, le matos est bien disponible, et arrivera comme prévu Dimanche après midi..

Je ne vous étonnerai pas en disant que j’ai peu dormi cette semaine, faisant la carpe dans le lit , repensant à ces dernières semaines, ce tourbillon qui m’amène à un vrai rêve éveillé. Je suis dans une forme de transe indescriptible, mets des flyer partout ou je le peut , me rappelant cette scène des Blues Brothers ou il déclarent être en mission pour le seigneur…
C’était vraiment ça…

Arrive le Dimanche, beau temps, mes potes assurent un max en vrai…ils sont là depuis le début de l’après midi, Michael ramène tout le matos, même plus qu’il n’en faut, c’est miraculeux.
C’est sont taff à Michael, il connaît bien le son, règle tout au millimètre, et font la balance en jouant.
C’est tip top, tout est fin prêt pour les recevoir, les chambres d’hôtel son prêtes, j’ai le code de chacune d’elles en poche, reste à s’assurer qu’il ne vont pas se paumer en route !!

Je décide donc de les appeler toutes les heures durant leur trajet…

Ils ont dépassé Lyon, arriveront ensuite à Avallon , ou Auxerre, je ne sais plus…
Je les suis tel un GPS, ne veux en AUCUNS cas qu’il y ai le moindre problème, j’ai la carte de France sous les yeux pendant que ma femme commence à numéroter les billets, et passer un coup de roulette dessus pour qu’ils se détachent facilement…Elle s’en rappelle encore…

Je reçois maintenant un coup de fil de Neil Sugarman…

- Michel ?
- Yes
- I good a bad new, and a good one

Je vais tomber , c’est pas possible..

- Tell me the bad one first
- Sharon will not be able to sing tonight, she’s sick from her throat
- So, you come anyway !!!
- Of course we come, that’s the good new
- That’s not a bad new neil, i’m very sorry for her..tell her that i don’t mind, please tell her..
- Ok Michel !

Ils viennent, c’est tout ce qui m’importais…

Mon cœur bat a 2000 trs minute vers les 19 h quand ils m’annonce un embouteillage près du péage à 100 bornes de Paris, je flippe, les gens commencent à arriver au compte-goutte, certain se paumes sur Creil, et trouvent enfin leurs route, d’autres sont là dès 19h 30 , et pénètrent dans ce bar qui à l’air d’un routier..

C’est donc bien vrai, il va se passer ici quelque chose ce soir…

Je les ai au téléphone vers 20h quand ils ont passé le péage de Senlis, Neil m’assure que tout va très bien

Je n’y crois toujours pas, c’est surréaliste..
Dernier coup de fil..
Je l’ai au téléphone, alors qu’ils entrent sur Clermont..
Un grand bus bleu arrive, et se gare devant le bar..
Je ne tiens plus, je vais m’effondrer
Je…je…..

Les portes coulissante s’ouvrent, ils sortent un à un après des heures de route, complètement agars, et crevés du trajet, et on très peu dormi…

Sharon sort enfin..
Je tombe dans ces bras en pleurant, un truc incontrôlable, une réaction que je ne peux maitriser, elle me donne des tapes dans le dos pour me consoler, je vis un moment complètement en dehors du temps, ne touche plus terre…

Ils pénètrent dans le bar sous des applaudissements déjà…

Je leur prépare une table, et décide de leur sevir à manger, mais le patron semble avoir complètement zappé le truc !

Je lui intime de leur faire à manger !! Nous allons avec Eric et lui dans les cuisines, sortons de son congel des steak, des frittes, tout ce qui peux se préparer rapidement…
Un coup de micro-onde, et hop dans la poêle !!
Quelques bouteilles de vin, et ils se mettent à table devant tout les spectateurs qui vivent le truc en direct, devant leurs yeux.
Le bar a un étage, c’est là qu’ils vont se changer, nous discutons peu, car c’est moi qui reçois les spectateurs à l’entrée, j’ai un teint blafard, je vais tomber à un moment ou l’autre…

Le groupe descend en costume, c’est quand même fou c’que ça change un homme quand même…


Ils arrivent sur scène, et sans aucunes balance, démarrent le show..

Incroyable, tout marche comme sur des roulettes !

Que dire…c’est tout simplement monstrueux, les premiers rangs sont aux ange, la salle est petite, et c’est un show des plus intime qui démarre, un truc rien que pour nous, des gens qui on fait le déplacement pour entendre la plus belle musique du monde, jouée par des musiciens qui ne font pas semblant, Gabe est hallucinant, tommy ‘ TNT » domine tout le monde de ces 1m90 ; Neil est à gauche de la scène avec un autre sax, et ce trompettiste que j’adore…

Le batteur est planqué derrière ces futs, on croirait Gonzo sorti du Muppet , c’est carré de chez carré, un son qui va comme toujours au dessus de mes esperances…

Sharon arrive en tenue rouge, et explique d’entrée qu’elle ne pourra pas chanter, mais qu’elle ne voulait pas annuler le show, mais qu’elle dansera !!

« I won’t sing but i will dance !!!! »

Oh que oui elle a danser Sharon ce soir là, certain s’en souviennent encore, elle n’a pas cesser de toute la soirée pendant que je tenais le tambourin, tout y est passé, le boogaloo, le chicken, le mashed potatoes, le twist, même des danses africaine venant de ces lointains ancêtres…


Une heure et demi du funk le plus pur, à couper au couteau, sans répis aucuns, une salle en plein délire, ça gueule de partout, les gens se regardent pour s’assurer qu’ils ne rêvent pas…


Je les raccompagne à leur hôtel, tape le code de chacun, tout marche bien, jusqu’à celui de Sharon

Malédiction !!!! je retape 10 fois son code, rien, nada !, on tente d’appeler via l’interphone, mais rien ne se passe, je pique une colère noire ..

C’est Gabe qui utilisera sa carte pour louer une autre chambre, et heureusement, il en restait une…

Je les salue, et leur souhaite bonne nuit…

Je les réveille le lendemain, ils sont dans un triste état..ils leur manque au moins 10 heures de sommeil …petit dej, jus d’orange, et je les accompagne tous là ou il veulent aller, à la pharmacie !!!!

Je me souviendrait toute ma vie de cette queue qu’ils formaient pour entrer là, et acheter des remontant, ou autres vitamines…

Je les salue dans le car, embrasse tout le monde très chaleureusement, et les raccompagne sur la route de Compiègne ou il pourront suivre l’itinéraire de Reims….

Nous prenons un café avec Eric qui ne s’en remets toujours pas…

Tu l’a fait mec, tu l’a fait….

Rédigé par Michel Guinand le Samedi 17 Avril 2010 à 11:57 | 5 commentaires Notez | 5 commentaires