Gil Scott-Heron- Black Wax

Jeudi 23 Février 2006

Avec une voix comme la sienne, Gil Scott-Heron aurait pu enregistrer des chansons d’amour au kilomètre et s’assurer une confortable rente. Bien trop politisé pour cela, il a toujours opté pour les textes conscients et militants posés sur des arrangements léchés. Inclassables, ses disques sont, en fonction des magasins, rangés dans les bacs funk, soul, jazz ou divers. Il faut dire que son style oscillant entre chant, poèmes, et spoken word ne facilite pas la chose (il est aussi écrivain mais là n’est pas le sujet). Black Wax est une plongée directe dans l’univers de cet artiste trop souvent oublié lorsqu’on parle de black music alors qu’il en est une des facettes les plus brillantes, et qui donne un aperçu assez complet des talents du monsieur.


© RA - www.raspage.com
© RA - www.raspage.com
On le suit donc dans les rues de Washington assurant le talk-over sur ses propres morceaux en déambulant ghetto blasta à l’épaule (nous sommes dans les années 80 donc point de I-pod à l’horizon), déclamant ses poèmes en pleine rue ou encore délirant sévère avec les statues de cire d’anciens présidents Américains (kickant même à la face de celle de Nixon , quelques rimes de son célèbre H2O Blues, non sans avoir pris le soin de lui réajuster la cravate auparavant). Mais ce sont bien les prestations live qui capte d’avantage l’attention.. Accompagné de son Midnight Band , dont le percussionniste Larry Mc Donald ira flatter les peaux des années plus tard aux côtés du métalleux brésilien ex- Sépultura Max Cavalera , il interprète dans une ambiance intimiste des titres en majorité provenant de son album Reflections sorti en 1982. Pas de panique quand à la date de parution, malgré le « 8 » qui fait peur, GSH s’en sort haut la main. Bien mieux que nombre de ses confrères. Sont aussi présents ses grands classiques à savoir, Johannesburg et Winter In America , évidemment sublime avec ses envolées de flûte. Ce titre là GSH ne l’interprète pas, il le vit. Debout micro en main ou assis derrière son Fender Rhodes de prédilection, GSH reste immense. Talentueux. Captivant. A l’instar d’un Marvin Gaye ou d’un Stevie Wonder , il fait se télescoper le fond et la forme.
Tout cela est en VO intégrale et sans sous titres, il est donc fortement conseillé à celles et à ceux qui n’ont jamais dépassé le 9 de moyenne en anglais durant leur scolarité de se munir d’un ami bilingue sous peine de voir quelques essentiels leur échapper (je pense notamment au poème Withey on the Moon).
Sur son premier album Pieces Of A Man en 1971, il clamait que la révolution ne serait pas télévisée. Grâce à ses albums, ses livres, et ce DVD, l’intelligence est en vente libre.


Acheter ce DVD via notre programme partenaire

En savoir plus :


Muzul

------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE