Interview - Guillaume Farley (+ Extrait de l'album de Naturalibus)

Mercredi 2 Novembre 2005

Guillaume Farley est connu sur la scène funk pour ses talents de guitariste, bassiste et choriste aux côtés de Juan Rozoff, Booster, Sandra N'Kake ou Ostinato.
Ce n'est que la partie émergente de l'iceberg.
Entretien avec un jeune musicien de talent, tour à tour interprète, compositeur et arrangeur.


Crédit : Anne-Marie Esteves
Crédit : Anne-Marie Esteves

Dans quel milieu musical as-tu été élevé?

Je suis d'une famille d'artistes. Nous sommes 35 cousins et cousines, dont pas mal de comédiens mais peu de musiciens.
Mon père écoutait beaucoup de chanson française : Brel , Brassens .
En fait, c'est mon frère qui s'est mis le premier à la guitare et au chant.
Jusqu'à 11 ans j'écoutais Michael Jackson , Earth Wind and Fire , Lionel Richie et Kool and The Gang. J'adorais danser, mon rapport avec la musique passait par la danse ; petit, j'imitais les guitaristes avec une raquette de tennis ; j'adorais le côté show!! Mais je ne décortiquais pas la musique.
C'est en découvrant Level 42 et Mark King que j'ai pris conscience des différentes parties : basse, batterie, guitare. Par là, j'ai découvert le jazz-rock avec Jaco Pastorius , Marcus Miller ... et j'ai chopé le virus.
A 12 ans, je voulais devenir le meilleur bassiste du monde.

Tu prenais des cours ?

En fait c'est mon frère qui me drivait.
D'un côté, je voulais jouer de la basse comme Jaco, en mettre partout, et de l'autre j'accompagnais mon frère avec qui je devais jouer juste ma partie et c'est tout !
A 15 ans, je suis aller prendre des cours à Melun avec Rémy Chaudagne. Il s'avérait que c'était à la fois un excellent musicien et un excellent pédagogue, super compositeur. A l'inverse de moi qui étais très rythmique et très orienté slapping, il avait de grosses connaissances classiques et harmoniques. J'ai arrêté au bout d'un an et demi ; puis à 20 ans, je l'ai retrouvé et ai repris des cours avec lui, surtout pour la théorie musicale et l'harmonie.

C'est avec ton frère que tu as eu ton premier groupe ?

Première scéance d'enregistrement à 15 ans
Première scéance d'enregistrement à 15 ans
Oui, ça s'appelait Avril. J'étais le petit de la bande. J'avais 15 ans, mon frère 20 et les autres étaient encore plus âgés.
On a failli signer dans une maison d'édition très tôt, après notre première maquette. Moi, à 15 balais j'ai cru que j'allais devenir une star tout de suite. Je me disais : on s'est enfermé en studio et dans 2 mois il y a l'album qui sort, c'est trop facile !!
En fait, je savais même pas ce qu'était une maison d'édition et finalement, on a rien signé du tout...
Ensuite, à 18 ans j'ai rencontré un chanteur-guitariste anglais qui m'a fait sauter le pas, arrêter les cours et jouer le plus possible. A partir de là, j'ai arrêté de taxer ma mère!!

Comment as-tu rencontré François Faure ?

C'est mon frère qui avait passé une petite annonce au SIM : " Groupe aimant Incognito et Tower of Power cherche clavier ".
François Faure s'est reconnu dans l'annonce et on a tout de suite été séduit. Lorsque le groupe s'est arrêté, on s'est dit qu'on voulait monter un groupe de reprises funk. Mais on était deux bassistes et je me sentais pas de monter un double-basses sur tous les morceaux, alors j'ai décidé de me mettre à la guitare et au chant. C'est ainsi qu'est né Pareil Mais Plus .
Entre compos et reprises, le groupe marchait bien. Quand François est parti à Berklee, c'est Julien Agazar qui l'a remplacé. On jouait costumés, aussi bien sur des petites scènes qu'à la Salle des Fêtes de Melun qui fait 2000 personnes ou au Cabaret Sauvage.

Avez-vous rencontré la Malka Family au cours d'une tournée ?

Non, on n'était pas vraiment dans le même créneau. Moi-même qui suis fan de funk je connais très peu, mais ma cousine Hélène Mittet qui chantait dans Pareil Mais Plus et Ich Bin Walou avait leur CD !
Et puis j'en ai eu un peu marre des grands groupes (10-15 personnes). Le fait que personne ne prenne de décision, que chacun ait son opinion, différente de celle de l'autre, qu'on ne sache pas si on voulait être un groupe de reprises en costard ou un groupe avec une identité plus forte et une volonté de démarcher les maisons de disques.
J'ai eu envie de faire un truc où on était pas plein. J'ai commencé à écrire des duos : 1, 2, 3 puis je me suis vite retrouvé avec un répertoire. J'ai demandé à Hélène de chanter avec moi ; c'est ainsi qu'est né Naturalibus.

Comment as-tu connu Juan Rozoff ?

En concert avec Juan Rozoff au Batofar, le 20 juin 2004
En concert avec Juan Rozoff au Batofar, le 20 juin 2004
C'est ma cousine Julie Ferrier qui m'a fait découvrir Juan Rozoff à 17 ans. J'avais son CD, j'adorais ! Je comprenais pas grand chose à ce qu'il chantait, mais j'aimais bien ce côté flou dans ses paroles : quand il chante Qu'importe le calice , on peut entendre Qu'importe le phallus !! (rires)
Je l'ai rencontré par Paco Séry. Mais la rencontre avec Paco est aussi improbable : c'est un pote qui m'a introduit auprès de lui et j'ai commencé en tant que chanteur, à poser sur des séquences de batteries. Petit à petit, j'ai réussi à m'imposer au milieu de ces musiciens de oufs, posant des lignes de guitare puis de basse. Je lui ai fait rencontrer Julien Agazar. Un soir, à Nanterre, alors que je remplaçais au pied levé le bassiste, Juan Rozoff était dans la salle. Il est monté sur scène avec Chili The Most (Sax) et Simon Andrieux (Trombone). Puis je suis allé à Abidjan pour jouer avec Paco et Simon Andrieux (qu'il venait d'embaucher) ; la rencontre avec le tromboniste de Rozoff a été salvatrice. En effet, c'était une époque où j'allais pas très bien et où c'était pas facile de jouer dans le groupe de Paco Séry ; avec Simon Andrieux, on était vraiment sur la même longueur d'onde : on s'est même retrouvé à chanter Brassens et Bobby Lapointe dans l'hôtel à Abidjan. En tant que fan, je lui ai fait découvrir le premier album de Juan !!
Quelques semaines plus tard, Rozoff m'a appelé pour remplacer le guitariste pour un concert à la Fac de Nanterre. Finallement, je suis resté dans l'équipe malgré qu'il y ait déjà un autre guitariste.
J'ai commencé à prendre la basse il y a deux ans, en même temps que l'arrivée de Booster à la batterie.
Aujourd'hui, Juan continue l'aventure sans moi ; il souhaitait changer d'équipe. Il faut savoir comprendre qu'un musicien préfère s'épanouir avec d'autres musiciens !

Pour l'album Diaspora d'Ostinato, comment s'est passé l'enregistrement ?

Interview - Guillaume Farley (+ Extrait de l'album de Naturalibus)
Quand François Faure m'a demandé de faire les guitares, il savait ce qu'il voulait.
Mais pendant les premières répétitions, je me faisais claquer par Kevin Reveyrand à la basse (qui est monstrueux!!) et j'étais là dans mes petits souliers avec ma guitare.
En fait, François qui connaissait mon jeu m'a dirigé vers ce qu'il souhaitait me voir faire, c'est-à-dire quelque chose de très groove et funky, et ça tombait bien parce que c'était pas facile de jouer au milieu de ces tueurs.
Puis j'ai commencé à prendre confiance, et finalement l'assurance est venue en jouant.

Tu as enregistré avec Paco Séry chez Blue Note. Ca fait quoi de jouer pour ce label mythique?

Franchement ? Ca fait rien !!
Aller dans un gros studio, avec du gros matos, ça me plaît beaucoup plus.
Mais je comprends que quelqu'un comme Manu Dibango qui vient de signer chez Blue Note à 70 ans, soit hyper heureux. C'est enfin la reconnaissance du milieu du jazz!!

Tu joues une fois par mois avec Booster au Triptyque (Paris). Comment arrivez-vous à introduire de l'électro sur des rythmiques très groovy?

La réponse en image ci dessous.
Ndlr : Attention !! Il faut suivre !!

Cliquez ici pour téléchargez le lecteur gratuit si vous ne voyez pas la vidéo ci dessous

Téléchargez la vidéo


Quelle est ton actualité musicale?

Mon cheval de bataille, c'est Naturalibus : mon projet en duo avec Hélène Mittet.
Un album est dans les starting-blocks.
Nous n'avons pu le signer dans une grosse maison de production car le projet en duo n'est pas facile à marketer : c'est la loi du marché...
Du coup, l'album sortira via une production indépendante début 2006.
Des concerts sont prévus : au China Club les 10 et 11 février 2006 et au Caveau des Oubliettes le 17 février 2006.
J'écris aussi des chansons pour un jeune chanteur qui s'appelle Jérôme Gallo . L'album devrait sortir au cours du premier semestre 2006.

Le saviez-vous?

Guillaume Farley a joué avec Youssou n'Dour , Faudel , Sapho , et Ismaël Lo . Il paraitrait qu'on entend même sa basse sur un des tubes de la Star Ac'...

Il a écrit le titre Quand elle chante sur l'album d' Amel Bent .

La comédienne Julie Ferrier est sa cousine !!

Naturalibus - EPK

<center><object width="425" height="350"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/IS0wLIu8-gI"></param><param name="wmode" value="transparent"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/IS0wLIu8-gI" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="350"></embed></object></center>
itwguillaumefarley.rm itwguillaumefarley.rm  (3.95 Mo)
naturalibus___les_revoltes_du_canape.mp3 naturalibus - les revoltes du canape.mp3  (3.39 Mo)



------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE