Interview - Maxime, co-fondateur du label Underdog

Jeudi 13 Octobre 2005

Underdogs records est un label parisien indépendant. Son pari : croire en des artistes et miser sur l'indépendance.
Après avoir signé La Fonction et Tombad, deux groupes aux sonorités funk, ils se lancent dans leur nouveau projet en collaboration avec le label Lillois FKFZ : une compilation consacré à la scène funk française.
Passionné et confiant en l'avenir, Maxime, le co-fondateur du label nous parle un peu plus en détail de cette aventure.


Quand as tu monté le label Underdog Records et comment s’est monté le projet ?

J’ai crée le label en avril 2004 suite à ma rencontre avec Laurent qui était alors batteur de La Fonction. Ce dernier a fait le lien entre le groupe et moi. C’est à partir de cette rencontre que l’idée d’œuvrer pour le funk est né. Donc un grand merci à La Fonction.

D’où vient ce nom ?

Le mot Underdog est américain, c’est une expression qui veut dire outsider, quelqu’un qui avec rien arrive à faire quelque chose. Cela correspond bien à notre point de départ.

Quelles difficultés as tu rencontré ?

Aucune et c’est sérieux. Je crois que c’est vraiment le moment pour créer un label de manière à développer des niches et s’occuper au mieux des artistes. Ce que les majors ne savent plus faire ou ne parviennent plus à faire.
Dénicher et s’occuper de la chaîne toute entière de la réalisation, de la promotion, en passant par la commercialisation et l’organisation des tournées.

Combien êtes vous dans le label ?

Deux et bientôt trois. A l’heure actuelle, je suis donc le manager du label, Laurent est le gérant et s’occupe de l’image du label et du fonctionnement interne.
Nous sommes les deux créateurs. Sont ensuite venus se greffer Nico (chanteur de La Fonction) et surtout Mr JB qui nous aide depuis pas mal de mois : ce dernier est attachée de presse pour Jean Luc Fillon… Il est aussi en train de monter une structure annexe pour s’occuper du booking d’Underdog et d’autres artistes.



Interview - Maxime, co-fondateur du label Underdog
Tes premières signatures sont La Fonction et Tombad, de groupes de la scène funk, tu as envie de donner cette direction au label ?

La direction tend vers le groove… On a en projet un brass band jazz parisien et un groupe de groove brésilien (Jiripoca). Disons que si il y a une rythmique efficace et bien groovante, on est preneur. Ce segment est trop souvent délaissé alors que les concerts n’ont jamais été aussi pleins. A l’heure actuelle, la plus grosse sortie qui s’annonce est La France MADE IN FUNK, un projet ambitieux qui rassemblent Underdog et FKFZ, label du nord et tourneur de Dood, Tombad, Slapbak et Seven Eleven. Ce projet, dans les placards depuis pas mal d’année, voit enfin le jour, il regroupera les plus grands espoirs de la scène funk hexagonale.
Elle se veut être un éventail représentatif de cette scène trop peu médiatisée. Il s’agit d’un enjeu majeur qui, je l’espère, permettra aux groupes régionaux de trouver une lisibilité et peut être à terme un distributeur. En tout cas je le souhaite. Il se peut qu’Underdog prennent d’ici quelques mois un ou plusieurs groupes sous son aile tant la qualité des groupes est grande. Après pour des raisons financières nous ne pourrons pas tous les sortir.

La ligne de conduite est avant tout le groove. Le funk serait trop réducteur et un mauvais choix tant cette musique appelle la fusion et le mélange des genres. Tombad souvent critiqué reste pour mois un modèle du genre : des morceaux formatés jazz très carrés capables d’être présentés dans un festival de jazz et des pointes de scratch, de samples et de groove. Ensuite, je pense que le prochain album passé « cette gamme » sera plus libéré et alternatif. La fusion des genres doit amener en France un renouveau pour permettre de dépasser les carcans et les cases, et amener des projets capables de fédérer divers publics.


Penses tu qu'il y ait un marché pour une scène funk française ?

Cela reste une niche ; nous ne pensons pas que cela puisse devenir un rayonnage à part entière même si nous espérons qu’une scène funk alternative puisse démocratiser le genre. Cela passe par la compilation mais aussi par un groupe nouveau qui aura le rôle de référence.

Vous travaillez avec Chaudière Production, comment s’est fait la rencontre avec ce collectif Lyonnais ?

Marie Caro de la Chaudière a fait suivre un cd à notre distributeur et j’ai tout de suite été emballé par le groove de la démo de Tombad ; pour être honnête, je ne les connaissais pas.



La France Made In Funk

Interview - Maxime, co-fondateur du label Underdog
Comment s’est monté le projet de la compil « La France Made in Funk »

En fait le projet m’a été amené par FKFZ qui un jour m’a contacté pour parler de cette belle et riche idée. Comme nous avions déjà œuvré pour Tombad et La Fonction et que cela ne s’était pas trop mal passé pour un coup d’essai (1100 Cds vendu pour Tombad et 500 pour La Fonction) nous semblions être en parfaite adéquation avec le projet de FKFZ.
Le cd est donc signé en licence et la partie tournée revient à FKFZ (ils ont déjà une sacrée expérience). Ce projet est tombe à pic pour nous et donne encore plus un éclairage sur cette scène.
La construction et la sélection des artistes a été réalisé par Arno, fondateur de FKFZ, avec un léger droit de regard pour Underdog ou une concertation quand le choix était délicat.

Comment s’est effectué le choix des groupes ? Résumer une scène en quelques groupes c’était facile ?

Je vois que j ai précédé ta question (rires)… Bien sur que cela ne fut pas une tâche facile. LE fil conducteur était de mêler jeunes pousses et « vieux de la vieille » pour donner un état des lieux des forces en présence. Ensuite il fallait juste que cet éventail soit représentatif au maximum donc le choix c’est fait sur le genre car il existe diverses paroisses : jazz funk, nu soul funk, p funk, disco funk….

Mais d’un autre côté, cela fut facile car il n’y a pas trente mille groupes en France. Maintenant je sais que certains n’ont pas été sélectionnés et je m’en excuse mais si ça marche je pense qui il y aura un épisode II avec je l’espère des groupes comme Royal Air Funk…..

Juan Rozoff qui est un des artistes funk français les plus médiatisé n’apparaît pas sur la compil, pourquoi ?

Et bien ce n’est pas faute de l’avoir sollicité mais Juan est tellement perfectionniste qu’il n’a au final rien voulu donner… Je pense qu’il ne voulait pas apparaître comme le père ou le grand frère, ce qui était peut être un peu trop pour celui qui est depuis pas mal de temps un peu trop humble.
A force d’attendre la perfection… « En tout cas Juan si tu es prêt Underdog est là… » À vrai dire on est enfin prêt pour l’accueillir. À suivre...

Quels sont tes projets pour 2006 ?

Pour l’instant nous sommes en train de finaliser deux contrats donc je ne peux pas trop en parler, je peux juste te donner des orientations : le premier album sera de la chanson française avec un esprit groove dans la lignée de Julien Baer. Un disque difficile à cibler mais qui s’annonce comme une révélation tant ce groupe a un potentiel généraliste et spé : textes ciselés à la Gainsbourg, chant sucré à la Louis Chédid et Rhodes très présent.

L’autre signature, si elle se finalise, concerne un artiste hip hop alternatif (décalé) qui mélange groove et funk pour distiller un hip hop novateur et déjanté. Vous savez quoi (rires)? Juan a composé quelques titres et est présent dessus donc…

La conspiration continue !

En savoir plus :


mys35

------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE