Interview - Shawn Lee

Mardi 13 Septembre 2011

Si Jésus multipliait les pains, Shawn Lee multiplie les projets avec pour seule religion le groove, que ce soit sous son nom, avec son compère le mystérieux Clutchy Hopkins ou encore avec le Ping Pong Orchestra. C’est sous ce dernier pseudonyme qu’il a sorti récemment World Of Funk (Ubiquity), sorte de patchwork de toutes les musiques du monde, appuyé par d'alléchants featurings.
Entre un passage à l’hôpital et une expo à Lyon où il a croisé le fer avec Gerald Petit, Shawn Lee nous a accordé une interview.


Interview - Shawn Lee
Une interview de Julien Renou réalisée pour le site de Radio Nova. (www.novaplanet.com )

Vous jouez sous différent noms; quelle est la particularité du projet Ping Pong Orchestra ?


Shanw Lee: The Ping Pong Orchestra est un concept instrumental; je voulais que ce projet ait un aspect « cinématique », une atmosphère de musique de film. Je voulais que le Ping Pong Orchestra soit musicalement ouvert et le plus éclectique possible. A côté de cela, j’essaye de toujours avoir ce côté funky, groovy dans mes morceaux. Enfin, le concept étant assez large, je peux le faire évoluer comme je veux, ce qui est très rassurant pour moi.

Sur l'album du Ping Pong orchestra, il y a tout de même des parties chantées...

Shawn Lee: C’est vrai que si le Ping Pong était à la base un projet exclusivement instrumental, je sentais qu’y ajouter des voix pouvait m’ouvrir plus de portes. Et puis, quand vous avez plein d’instrumentaux sur un disque, c’est bien de casser un peu cette ambiance pour y mettre des morceaux chantés; l’effet contraire est également valable. Ca apporte une touche de fraîcheur et de nouvelles possibilités pour moi. Un instrumental possède une structure très libre à laquelle vous pouvez greffer tout ce que vous voulez. C’est d'ailleurs ce qui me plaît dans ce genre de musique: je ne m’ennuie jamais.

Alors que le style Shawn Lee est beaucoup plus soul...

Shawn Lee: Oui, les albums signés Shawn Lee sont plus basés sur la voix, ils sont plus conceptuels - comme Soul in The Hole ou Sing a Song. Les chansons de Shawn Lee sont moins conventionnelles dans leur structure. Les voix ne se greffent pas sur l’instrumental; tout s’organise autour de la partie vocale.

Que représente la musique soul pour vous en tant qu'artiste ?

Shanw Lee: Tout d’abord, c’est une partie de mes racines. Cette musique fait partie de ma vie, c’est une musique que j’aime, c’est quelque chose de profond, un sentiment qui a une résonnance particulière en moi. La soul et la funk sont au cœur de ce que je fais, ce que je crée.

Vous avez enregistré deux chansons avec Darondo, pouvez vous nous dire comment vous est venue l’idée ?

Shawn Lee: J’ai connu Darondo comme la plupart des gens par la chanson Didn’t I. Le track sonnait comme un pur classique de soul, et je ne l‘avais jamais entendu ! Pour moi, sa voix ressemble à celle d’Al Green mais avec une certaine vulnérabilité, peut être un peu plus humaine... La voix d’Al Green est évidemment parfaite et intouchable - ce mec vient d’une autre planète-, mais il y a quelque chose dans cette chanson qui m’a marqué.
Alors j’ai décidé d’écrire deux morceaux pour lui: Playboy Bunny & Stay Away From Me. La première a vraiment été écrite comme une cousine de Didn’t I: elles sont similaires comme peuvent l’être Mercy Mercy Me et What’s Going On.
Il a été vraiment fantastique, apportant une dimension particulière grâce à sa voix qui véhicule toute l’expérience d'une vie... Il était comme un acteur qui donnait vie au dialogue que je lui avais écrit, en lui conférant une force que je n’avais même pas soupçonnée à l’écriture.

Comment composez-vous vos morceaux ?

Shawn Lee: Cela dépend de beaucoup de choses, je n’ai pas toujours la même façon de composer. Parfois, ça commence par une batterie groovy, une ligne de basse ou d’autres instruments, ou même une humeur... J’ai souvent une idée avant de commencer une musique, quelque chose qui m’a inspiré et que je veux insuffler au morceau.
Mais j’aime bien commencer par la batterie, c’est rassurant. Ensuite, je rajoute la basse. Ca permet d’avoir une bonne fondation, et de voir dans quelle direction va aller le morceau.

Vous avez sorti en 2009 "Hooked By Classics", un album plutôt étonnant de reprises de morceaux de musique classique. Comment s’est fait votre choix pour la tracklist ?

Shawn Lee: J’avais eu l’idée de faire cet album il y a deux, trois ans. Il a été assez compliqué à réaliser... Je crois que personne n’avait fait ça depuis longtemps. C’était vraiment intéressant de travailler sur ces morceaux, car ils sont incroyablement bien écrits.
Ils sont anciens et je pense qu'ils devaient être réinterprétés afin de les garder en vie. Ils ont toujours été joués traditionnellement, de manière très classique et je voulais voir ce que cela pouvait donner si on changeait un peu le style de ces morceaux.
J’ai pris beaucoup de plaisir à réinterpréter ces mélodies; pour Flight of The Bumblebee par exemple, je ne m’attendais pas du tout à ce résultat final un peu disco !

Interview - Shawn Lee
Vous avez un son bien particulier, sur vos albums comme sur vos collaborations avec Cluctchy Hopkins. Votre son est-il entièrement de votre ressort ou vous vous appuyez souvent sur un ingénieur ?

Shawn Lee: J’ai un ingénieur du son français, Pierre Duplan, avec qui je travaille depuis quinze ou seize ans. Il est très précieux pour moi, il me comprend et comprend comment je travaille. Il est fan comme moi de musiques de film, de ce son et de ce style. Il m’a fait connaître beaucoup d’artistes français, c’est un obsédé du disque obscur que personne ne connaît. On discute beaucoup de musique; parfois, je lui parle d’une chanson et six mois après il m’en parle comme si il venait de la découvrir! Le contraire arrive parfois aussi.

Des noms, des noms !

Shawn Lee: Il est très porté sur les musiques de films et le dernier type qu’il m’a fait découvrir était François de Roubaix (Video ci dessous). On en parle souvent, il m’a aussi fait écouter aussi Bruno Nicolai (compositeur et coauteur de musique de film avec Ennio Morricone).
Il m’a fait connaître Adrian Younge (Black Dynamite Sound Orchestra) avant la BO de Black Dynamite quand il était avec son groupe, Venice Dawn. Je vais d’ailleurs apparaître sur quelques chansons de son nouvel album. Et sans oublier Serge Gainsbourg, qui a réalisé d'excellentes bandes originales.


------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE