Tower of Power - Oakland’s Own, in the Oakland Zone

Mardi 1 Avril 2003

O.R. Music
22 Avril 2003


La section de cuivres la plus funky de la côte ouest américaine est de retour. Sorti le 22 avril aux US, "Oakland's Own, in the Oakland Zone" est le 18ème album de Tower of Power en près de 35 ans de carrière. Il sort après une déferlante de trois compilations et un disque live ("Soul Vaccination", 1999). La précédente production studio du groupe, "Rythm & Business", remonte à 1997. Du line-up original, ne reste guère aujourd’hui que les leaders Emilio Castillo (sax ténor & chant), Stephen "Funky Doctor" Kupka (sax baryton), et le bassiste Francis Rocco Prestia. Notons également le retour attendu du batteur David Garibaldi. Celui-ci n’avait pas pris le chemin des studios avec TOP depuis "Back on the streets" en 1979. Côté nouvelles recrues, "Oakland’s…" est le premier enregistrement studio du chanteur Larry Braggs. Plus incisive et agressive, sa voix succède avantageusement à celle de Brent Carter. La section de cuivres accueille pour sa part Adolfo Acosta et Mike Bogart aux trompettes ainsi que Tom Politzer (lead sax, voir photo ci-contre).

De la première à la dernière mesure, "Oakland's Own, in the Oakland Zone" résonne comme un hommage au passé. Le titre annonce d’ailleurs ouvertement la couleur, puisque c'est dans la ville californienne d'Oakland que le groupe a vu le jour à la fin des années 60. Ainsi, TOP remise au placard les ballades embarrassantes et les synthétiseurs envahissants des années 80/90. Place au funk : pur, dur, et… délibérément passéiste. Sans vergogne, le groupe pille son propre répertoire et décalque ses précédents hits. Le disque s’ouvre et se clôt sur le titre "Eastside...", ", en écho au "Oakland Strokes" de l’album "Back to Oakland" (1974). "Happy ’bout that" repique note pour note l’intro de "This time it’s real" (1973). Le texte de "Back in the days" recycle les titres de tous les brûlots passés du groupe : "Down to the nightclub", "So very hard to go", "You’re still a young man"… Un vrai catalogue. Quand à "Get what you want" et "Life is what you make it", on jurerait qu’il s’agit de chutes de studio des prolifiques années Warner (1972-76).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Car au-delà de la nostalgie ambiante, "Oakland’s…" est aussi et surtout un formidable exposé de la science du groove acquise par TOP au fil des ans. Certes, on y trouvera pas de hits de la teneur d’un "What is hip ?", d’un "Get your feet back on the ground" ou encore d’un "Soul with a capital S", mais ces 14 nouveaux titres sont si impeccablement produits qu’il serait dommage de rechigner à leur écoute.

La mise en place de "Pocketful of soul" laisse sur les genoux, de même que les rythmiques de "Page One" ou de "This type of funk". Sur le très pop "Could I’ve done it better", Larry Braggs confirme tout le bien que l’on pensait de ses vocalises depuis ses deux passages à Paris (en 2002/03). Le morceau titre offre à Dave Eskridge – qui signe la plupart des arrangements de cuivres de TOP depuis bientôt 10 ans – l’occasion de démontrer une nouvelle fois l’étendue de son talent. L’entêtant baryton du "Doc" y assoit les mélodies du reste de la section de cuivres avec une lourdeur impeccable. Bien que cela ne soit traditionnellement pas le point fort de TOP, les quelques solos qui parsèment le disque s’avèrent par moment plutôt inspirés : le guitariste Jeff Tamelier qui, armé d’un bottleneck, donne la réplique à la clarinette de Tom Politzer sur "This type of funk", par exemple. Mike Bogart qui empoigne son trombone le temps d’un chorus sur "Could I’ve done it better".

Par ailleurs, les nouveaux morceaux résistent plutôt bien à l’exercice de la scène. Une fois n’est pas coutume, en effet, ceux-ci ont constitué une bonne partie du concert parisien de TOP, le 27 février à l’Elysée Montmartre. L’occasion de démontrer que, quoiqu’il advienne, TOP demeure toujours une référence des salles de concert.

Bref, au final, le bilan de ce nouvel opus est assez mitigé. On apprécie l’énergie définitivement retrouvée de TOP. Se régale de la virtuosité rythmique du groupe et de la richesse des arrangements. Découvre avec plaisir les performances vocales de Larry Braggs. Mais malgré tout, difficile de masquer une certaine déception. "Oakland’s…" n’est pas un mauvais album, loin de là, mais il pêche par l’absence de titres véritablement percutants. On regrettera aussi un passéisme peut être un peu excessif. Certains titres à la limite de l’auto plagiat. Comme si, en filigrane, ce disque renfermait l’aveu de TOP qu’ils ne seront plus jamais aussi bons compositeurs que par le passé…

Touffi avril 2003

Tracklist :

1 – Eastside…
2 - Give Me Your Love
3 - Get What You Want
4 - Could've Done It Better
5 - This Type of Funk
6 - Pocketful of Soul
7 - Remember Love
8 - Oakland Zone
9 - Life Is What You Make It
10 - Happy 'Bout That
11 - Stranger In My Own House
12 - Back in the Day
13 - Page One
14 - …Eastside

55 min

Note : les éditions européenne et japonaise du disque comprendront chacune 2 bonus tracks différents. Date de sortie indéterminée pour l’instant.

Line up :

Larry Braggs : chant
Tom Politzer : sax ténor / clarinette
Emilio Castillo : sax ténor / chant
Stephen 'Doc' Kupka : sax baryton
Adolfo Acosta : trompette
Mike Bogart : trompette / trombonne
Roger Smith : claviers
Jeff Tamelier : guitare
Francis Rocco Prestia : basse
David Garibaldi : batterie


En savoir plus :

LIENS

www.towerofpower.com
www.myspace.com/towerofpower414

ARTICLES

Tous nos articles sur Tower Of Power >>> ici

AGENDA

Tower Of Power en concert >>> voir les dates

Touffi
------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE