La Blaxploitation : Une définition, un concept, un contexte (Part 1)

Lundi 21 Juillet 2008

La Blaxploitation est un mot, mais quel mot ! Composé de l’articulation des mots black et exploitation, il prend tout son sens dans les années soixante-dix, en pleine période de contestation afro-américaine. La Blaxploitation (baptisée ainsi par la presse) est une industrie des noirs pour les noirs, visant à promouvoir le cinéma, la musique et la littérature. Alors que l’industrie du cinéma hollywoodien est soumise aux nouvelles attentes du petit écran, il doit également faire face au mécontentement de plus en plus prononcé du public noir, qui ne se reconnaît pas, et pour cause, dans les productions incolores qu’on lui propose. Le seul représentant de premier plan de l’époque, Sidney Poitier, n’apparaît que dans des rôles qui ne traduisent en rien les préoccupations et les difficultés sociales de la communauté. Le noir au cinéma, c’est encore et toujours le cireur de pompes ou à défaut, le gendre idéal, sans la moindre trace de vice, pouvant inquiéter l’opinion blanche américaine. “Devine qui vient dîner ce soir“ (1968).


Dans un 21ème siècle “égalitaire“ et “tolérant“, difficile d’imaginer qu’il y a à peine cinquante ans, personne n’envisageait pouvoir un jour, contempler un acteur noir au cinéma. Quant à l’industrie de la musique, elle n’avait alors pas connu de bouleversement majeur, puisque tout le business était fait par et pour les blancs. Ni James Brown, ni même Ray Charles n’avaient encore jeté de pavé dans la mare, en réussissant leur « crossover », touchant à la fois le public noir et le public blanc. Que de chemin parcouru donc, depuis les sixties, quand on sait à quel point, de Dr Dre à Jay-Z, en passant par Puff Daddy ou Kanye West, les noirs peuvent aujourd’hui peser sur l’industrie mondiale du disque. Plus encore ; au cinéma, Denzel Washington, Samuel L Jackson ou encore Jamie Foxx, pour la plupart récompensés lors de cérémonies prestigieuses, font partie des personnalités sur le nom desquels peut s’assurer le succès d’un film. Il aura fallu plus qu’un tour de magie noire.

Au commencement, un homme : Melvin Van Peebles

La Blaxploitation : Une définition, un concept, un contexte (Part 1)
Au commencement de l’aventure Blaxploitation, un homme. Acteur, cinéaste, réalisateur, compositeur, producteur, monteur, businessman : Melvin Van Peebles. Pour mieux situer le potentiel des Van Peebles, il faut citer le fils Mario, qui interprétera avec talent les rôles du détective Sonny Spoon et plus récemment de Malcom X dans le film “Ali“. Il débutera d’ailleurs sa carrière, dès l’âge de 14 ans, dans le film référence de son père, Sweet Sweetback Badasssss Song, avant de reprendre le rôle, quelques années plus tard. Né à Chicago en 1932, fils de teinturier, Melvin Van Peebles passe trois ans dans l’Air Force, avant de devenir le premier noir courtier en bourse de l’Histoire. Mais ses intérêts sont ailleurs. Il se passionne pour la peinture, la littérature et le cinéma. Après une succession de petits boulots (vendeur de vêtements ambulant à Chicago, peintre de portrait au Mexique, conducteur de tramway à San Francisco...), il réalise plusieurs courts-métrages, sans encore parvenir à rencontrer le succès. Sa carrière débute grâce à un séjour en France, où il travaille pour divers journaux, Hara Kiri et Le Figaro Littérature. Fort de cette expérience, il publie cinq romans et décide d’en adapter un à l’écran en 1968. “La permission“, titre de son premier long métrage, connaît un accueil chaleureux et reçoit même le “Prix de la Critique“ au festival de San Francisco. Il rentre alors aux USA et signe, deux ans plus tard, sa seconde contribution cinématographique, intitulée “Watermelon Man“. Une comédie anti-raciste réalisée pour Columbia et pour laquelle il sera payé 70.000 dollars. Une somme conséquente pour l’époque. Ce n’est qu’en 1971 que la carrière de Melvin prend une toute autre ampleur ; grâce à Sweet Sweet Badasssss Song, produit, réalisé et interprété uniquement par des noirs. La Blaxploitation est née.

Un film : Sweet Sweetback Badasssss Song

La Blaxploitation : Une définition, un concept, un contexte (Part 1)
Les studios Hollywoodiens, connaissent dès 1968, de grandes difficultés financières face à la hausse des coûts de production. De plus, confronté au désenchantement et à la désertification des salles par le public noir, les studios voient très vite en Melvin Van Peebles, la possibilité de combler un important manque à gagner. Melvin devra user de doigté pour protéger son travail. La solution, il l’a trouve tout simplement en présentant son projet, aux studios puritains, comme un film pornographique. Il fallait y penser ! C’est donc sans la pression des majors que le malin Melvin, réalisera le tout premier film indépendant de l’Histoire, réalisé pour et par des noirs. Ce film, il le veut rude, violent, sexy, expérimental, novateur, politique, poétique. Un film exutoire, qui canaliserait et transcenderait la frustration, cette colère latente des ghettos des grands centres urbains d’Amérique. Van Peebles utilise sciemment les sommes perçues lors de ses précédents films pour combattre le système. Belle manière de cracher dans la soupe… Difficile d’imaginer aujourd’hui, quel fut l’impact de Sweet Sweetback Badasssss Song aux Etats-Unis. Enorme succès public. D’abord montré dans une seule salle de Detroit, Sweetback bénéficie d’un bouche à oreille sans commune mesure et engrangera finalement plus de 10 millions de dollars. Pour un investissement de 500.000 dollars, dont une partie prêtée par Bill Cosby (+++ lire notre article).

Le synopsis. Un noir, répondant au doux nom de Sweetback (interprété par Melvin), se voit contraint, par la police de servir d’appât, pour arrêter un de ses amis, lui aussi noir. Lors de l’interpellation, Sweetback voit les deux flics blancs passer son ami à tabac. C’est l’engrenage. Sweetback tue les deux policiers et se lance dans une interminable cavale. L’histoire de ce hors-la-loi en fuite, qui tue des flics racistes et corrompus, se change en une métaphore du combat mené par les “ghettoïciens“. Le ghetto a tout de suite compris Sweetback. Le ghetto et Sweetback ne font qu’un ! Le film devient la référence de toute une génération. Phénomène que l’on ne reverra sans doute pas avant 1983 et la sortie de l’incontournable Scarface (Brian de Palma). Mais, si Scarface traite en fond, de la lutte contre les inégalités et du dépassement de ses propres origines, il reste une mystification et une glorification d’un truand. Si Scarface pose la question du « Jusqu’où doit-on aller pour réussir ? », Sweet Sweetback Badassss Song, pose quant à lui, la question du « Jusqu’où doit-on aller pour survivre ? ». Pas si étonnant qu’avoir vu ce film, devint alors une des conditions suprêmes pour l’intégration au sein des Blacks Panthers.

Le contenu politique, voire révolutionnaire du film, génèrera peur et hostilité à l’intérieur d’une industrie cinématographique contrôlée à 100% par des Blancs, tandis que le gouvernement de l’époque tentera de le faire interdire. Sans succès… Sans le vouloir, ce film victorieux se présentera comme une réponse implicite au film de Griffith, “La naissance d’une nation’’, sorti plusieurs décennies plus tôt, faisant l’apologie du Ku Klux Klan et de la suprématie blanche. Une belle manière donc, de renvoyer Hollywood à ses vieux démons. Sans pour autant s’octroyer la paternité de la Blaxploitation. Sans même se considérer comme en appartenance avec le mouvement, Van Peebles n’en est pas moins le précurseur. Il fut le déclencheur, le carburant. L’or noir, celui grâce auquel, être noir et artiste talentueux n’est plus inconcevable. Et peut-être aussi, grâce auquel, ces deux notions sont désormais quasiment indissociables. Melvin Van Peebles a ouvert la voie à une kyrielle d’artistes plus talentueux les uns que les autres. Sans son implication et sa détermination, le monde ne connaîtrait sans doute ni le musculeux 50 cent, ni le talentueux Denzel Washington. Ni même l’immense Spike Lee… En un mot comme en cent, merci monsieur Van Peebles !

Au cœur du mouvement

Après le succès de Sweet Sweetback badassss Song, les majors s’empressent de signer des contrats avec des artistes noirs. Les productions s’enchaînent, avec ou sans le soutien des studios blancs, et ce, à un rythme effréné. Comme s’il fallait vite combler l’immense retard. C’est certainement ce qui participera à faire de la Blaxploitation un mouvement éphémère, rapidement essoufflé au bout d’une dizaine d’années à peine. Dix années durant lesquelles, apparaissent une pléiade de séries TV et de séries cinés, telles que les inoubliables Foxy Brown ou Shaft, récemment réadapté et interprété par Samuel L Jackson. Les productions sont alors plus politiquement correctes que celles de Melvin Van Peebles, pour qui le sexe et la violence étaient au cœur des représentations. En effet, si Sweetback peut se traduire littéralement par la définition sulfureuse de “coup de rein magique“, Badasssss signifie en terme argotique “c’est du lourd“ (un terme repris en cœur dans les ghettos, comme une forme ultime de compliment). Ceci admis, il n’en ressort pas moins que les productions, aux allures relativement plus timorées, que sont Shaft ou Foxy Brown, furent des succès et contribuèrent, tout autant, à propulser les noirs sur le devant de la scène. Car, si pour beaucoup, la Blaxploitation ne représente qu’une succession de productions de série B, pour d’autres, elle est à juste titre, le commencement d’une reconnaissance du talent afro-américain. C’est toute une culture qui se voit décomplexée. Les acteurs immortalisent désormais, sans pudeur, des rôles de flics ou de voyous (souvent les deux mêlés) tape-à-l’oeil, enfin maîtres de leur destin, usant de toutes leur armes : charme, sexe et brutalité.

Les films, bien avant l’heure, sont savamment construits comme des morceaux de rap : plans ultra serrés, mouvements de caméra improbables, montages épileptiques. Le tout accompagné de bandes sons soul et funky, propres à l’univers Blaxploitation. Car, on ne peut pas parler de ce mouvement, sans prendre en compte l’étendue de la contribution sonore. Une contribution sonore qui, reconnaissons-le, a pu sauver du naufrage bon nombre de productions, parfois médiocres. Isaac Hayes, Curtis Mayfield, Roy Ayers, James Brown, Stevie Wonder, Marvin Gaye, Quincy Jones, Edwin Starr, Booker. T, Gil-Scott Heron, Earth Wind and Fire, tous ont mis la main à la pâte.

Blaxploitation Mix par Tibolano en écoute +++

En savoir plus :

LIENS

www.blaxploitation.com
foxybronx.free.fr

ARTICLES

Tous nos articles sur la Blaxploitation >>> ici

Dossier Blaxploitation +++

AGENDA

Soirées Blaxploitation >>> voir les dates

Augustin Legrand

------------------- Encart publicitaire -------------------



--------- Encart publicitaire : Aidez-nous à maintenir les archives en ligne en cliquant avant d'acheter sur amazon ^^ Merci ! ---------

FACEBOOK




James Brown !
tee-shirt funk inc

James Brown !
tee-shirt funk inc




NEWSLETTER



RECHERCHE